compagnie exnihilo

Nal Boa [regarde-moi]

Création franco-coréenne 2010 | 50’ | Pour 7 danseurs et 2 musiciens | Extérieur

Nal Boa est le fruit d’une coopération menée entre la Corée et la France durant l’année 2010. C’est à la fois la composition de notre équipe et le déplacement des répétitions en Corée qui ont imposé une réflexion sur l’autre, l’étranger et sur notre situation d’étranger, ailleurs.
Comment je regarde l’autre et vice et versa ?
Qu’est-ce que je regarde ?
Qu’est-ce que je vois ? Qu’est-ce que je ne vois pas ?
Qu’est-ce que je comprends ou ne comprends pas ?

Nal Boa met en scène des regards posés, des regards croisés, des prises de positions, des prises de paroles individuelles face à l’autre, poursuivant ainsi nos interrogations sur l’individu dans le groupe où le « je » est partie intégrante, où le « je » et le « nous » sont en interaction permanente, en réaction, en accord ou en conflit…

Le spectacle se déroule le long d’un mur. Le mur comme refuge, pour prendre de la distance, se confronter à soi-même. Un mur pour se remémorer, se souvenir, se recueillir. Etre dos au mur, acculé, piégé, ne plus pouvoir avancer, sauter par dessus, se jeter contre, en désespoir de cause faire face.

> Voir les photos de Joris Hol, de Jean-Michel Coubart ou celles de Henry Krul .

> Voir en ligne un extrait aux Tombées de la nuit à Rennes

Chorégraphie : Anne Le Batard et Jean-Antoine Bigot
Distribution : Jean-Antoine Bigot, Soo-Bin Kang, Jae-Young Park, Corinne Pontana, Rolando Rocha, Ji In Gook, Han-Sol Yu
Costumes : Julia Didier et Ja Young Chang
Musique live : Pascal Ferrari et Rui Owada

Production : Ex Nihilo.
Coréalisation : Project Wae (Corée du Sud).
Coproduction : Gwacheon Hanmadang Festival ; Le Parapluie-Centre international de création artistique à Aurillac ; Atelier 231-Centre National des Arts de la Rue à Sotteville-les-Rouen.
Partenaires : Goyang Cultural Foundation ; Seoul Arts Foundation ; Seoul Artspace Mullae ; Centre Culturel Français de Séoul ; Extrapole.
Avec le soutien de : la SACD/Auteurs d’espace public, l’Adami/copie privée, de la Spedidam et de l’Institut Français/Ville de Marseille.

> Télécharger le dossier (PDF - 779 ko)
 
partager Accéder à la page Facebook
crédits
Retour en haut