compagnie exnihilo

A l’abri du vent

L’installation A l’abri du vent montre les Trajets de Vie filmés à Séoul en Corée du Sud, à La Défense et à Valladolid (Espagne). Trajets de Vie est une performance pour quatre danseurs qui se joue dans le flux des passants.
Quand on les voit, on est surpris, intrigués par ce presque rien de leur geste qui pourtant les fait danseurs… On voit un danseur puis un autre, rarement les quatre ensemble… Il faut alors les chercher, s’amuser à les perdre comme à les retrouver dans le mouvement de la ville…

C’est à partir de ces solos, que Martine Derain, artiste associée de la compagnie depuis 2007 a construit cette installation

Voir ici la maquette en 4 écrans.

Il faut imaginer l’installation en 4 projections autonomes. Elle est toujours recréée pour l’espace d’exposition, afin de jouer d’une perception semblable à celle du passant/spectateur dans la rue : les images apparaissent, une, deux, trois ou quatre parfois… le son est diffusé dans tout l’espace, seuls quelques sons sont synchrones. Des fragments de textes apparaissent… Ici, pas de narration, mais exploration des fragments et discontinuité de l’événement et de sa représentation. Le danseur, seul au milieu du flux des passants, interroge – par les perturbations qu’il crée, par la gratuité de son geste et son étrangeté, ce que par son corps même il donne à voir – le corps des autres, les lieux partagés, le mouvement collectif, la possibilité d’inventer toujours des espaces habitables.

Ces histoires, ces solitudes sont « éclairées » par les dessins de Jean-Antoine Bigot , esquisses de mouvements de foule, croquis et notes prises au fil du temps et comme « reliées » par le dialogue de deux télévisions posées à même le sol, en face à face. Sur la première, un long travelling sur des grands ensembles d’habitation en périphérie d’une ville, on reconnaît une grande ville d’Asie, des milliers d’immeubles aux fenêtres fermées, semblables mais simplement numérotés, se succèdent… En regard, on peut voir une petite danse des mains, c’est la chorégraphe qui montre mille façons de s’assembler lors d’une répétition du second moment de la création, Trajets de Ville, qui explore le collectif et sa construction/destruction.

L’installation, dans tous ses éléments, pour poser une question laissée là sans réponse : peut-on dire « je » si l’on ne peut pas, d’abord, dire « nous » ?

à l’abri du vent a été créée pour l’Hôtel des arts à Toulon en décembre 2008 avec la participation en live de Corinne Pontana, Jean-Antoine Bigot, Anne Le Batard, Patrice de Benedetti et Anne-Claude Goustiaux .

Elle a été recréée pour la Compagnie à Belsunce-Marseille en novembre/décembre 2010.

La maquette 4 écrans a été sélectionnée au Festival Dança em Foco/Amérique du Sud en 2011.

Images vidéo : Martine Derain Dessins : Jean-Antoine Bigot Montage vidéo et son : Caroline Beuret Musique : Yves Miara Textes : Deligny, MD, Ex Nihilo, Tarkos Durée : 4x20’ (en boucle)

Production : Ex Nihilo et association Commune Avec le soutien : CG 83, Hôtel des Arts à Toulon, Ville de Marseille, Polygone étoilé et Drac-Paca

 
partager Accéder à la page Facebook
crédits
Retour en haut